Les Nanoparticules de Silice

nanoparticule-silice-dr-wikimedia.jpg

       La nanoparticule de silice (nanoparticule mesoporeuse de silicium) est une particule de taille nanométrique présentant plusieurs qualités qui la rendent particulièrement intéressante  en imagerie médicale :

  • Elle est bien tolérée par le corps (biocompatible), elle peut donc s’y déplacer sans être détruite par les macrophages,

 

  • Elle possède une luminescence qui lui est propre lorsqu’elle est en présence d’un rayonnement infrarouge, elle est donc détectable et identifiable. Ces deux qualités sont primordiales en imagerie médicale,

 

  • Elle se dégrade progressivement dans le corps.

En effet, grâce à la luminescence particulière de la nanoparticule de silice, il serait possible de suivre les déplacements des cellules cancéreuses (métastases) et de localiser précisément les tumeurs. Quant à la dégradation du silicium dans le corps elle est due au fait qu’il soit présent naturellement dans le corps sous forme d’oligoéléments. Il est donc naturellement nécessaire à la vie de notre organisme en faible quantité. Un produit responsable de la dégradation du silicium dans notre corps est l’acide orthosilicique qui se trouve naturellement dans la plupart de nos tissus, il permet l’évacuation efficace des déchets de silicium superflu sans les urines. L’avantage est que la dégradation du silicium s’effectue particulièrement lentement, la nanoparticule reste donc assez longtemps intacte (plusieurs heures) pour permettre au médecin de visualiser les tumeurs et de suivre les déplacements des cellules cancéreuses dans le corps.

       Pour permettre aux nanoparticules de silice de se fixer aux cellules cancéreuses, on y greffe des fibres de polymère PEG (polyéthylène glycol) auxquelles sont attachés des éléments de reconnaissance de cellules cancéreuses, se fixant aux récepteurs en surface de celles-ci, ici, des molécules d’acide folique. 

 nano-silice-hd.jpg

      Sous rayonnement infrarouge, avec l’aide de capteurs particuliers, il serait donc possible de visualiser les tumeurs et les déplacements des cellules cancéreuses dans les systèmes sanguins et lymphatiques en temps réel.

Les nanoparticules de silice sont donc très prometteuses pour l’avenir du diagnostic en oncologie.

Date de dernière mise à jour : 27/01/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site